Histoire de la ville

Frankenthal ‑ Un coup d'œil sur l’histoire 

Frankenthal, la ville moderne du Palatinat rhénan orientée vers l’avenir possède une longue histoire. Depuis 1577 la commune est une ville et depuis cette époque vie urbaine et activité commerciale marquent son développement.

C’est le 29 octobre 1577 que le comte palatin Johann Casimir octroya à la commune encore jeune une charte municipale, l’admettant ainsi dans le cercle des autres villes de son comté du Palatinat, qui comprenait les administrations de Lautern, Neustadt, Alzey et Böckelheim.

Les ruines de l'église Sainte Marie Madeleine de l'ancien collège des chanoines Frankenthal fut mentionnée pour la première fois dans une pièce officielle du monastère de Lorsch datant de 772. Le village était d’origine franque et était à cette époque-là encore situé directement au bord du Rhin, qui déplaça son cours vers l’est seulement au 9e siècle. En 1119 Erkenbert, un noble de Worms, fonda un monastère de chanoines augustins qui devint bientôt un centre religieux, culturel et économique pour toute la région. Des restes de l’église collégiale sont encore aujourd’hui préservés. Etant donné que les bâtiments étaient inoccupés après la Réformation, le prince électeur Friedrich III les mit en 1562 à la disposition des réfugiés néerlandais qui avaient dû quitter leur patrie à cause de leur foi. La jeune commune qui compta parmi ses habitants de nombreux peintres, orfèvres, fabricants de tapisserie et de textiles ainsi que de commerçants prospéra vite et reçut finalement ce 29 octobre une charte communale.

L’acte précieux dans lequel sont mis par écrit les coutumes de la ville est composé de 12 pages de parchemin. Il se trouve en possession des archives municipales de Frankenthal et est exposé au musée municipal Erkenbert. Il est composé de trois parties, dans lesquelles sont stipulés d’une part l’ordre des conditions ecclésiastiques; en deuxième partie la composition et la désignation de l’administration du maire: les assesseurs et membres du conseil municipal jusqu’aux huissiers et aux brigadiers; et pour finir l’octroi des privilèges. Entre autres Johann Casimir offrit à la jeune ville 1000 florins pour la construction d’un canal au Rhin, il libéra les habitants de toutes les taxes sur l’exportation de «grain, vin et tissu» et sur les biens de leur propre subsistance. «L’acte de naissance» de la ville conclut avec les mots: «En foi de quoi confirmé par notre sceau attaché et établi à Lautern, le 29 octobre en l’an 1577 après la naissance de Jésus-Christ, notre Seigneur bien-aimé et notre Sauveur, Johann Casimir, Comte palatin.»

La forteresse de Frankenthal en 1645 A la fin du 16e et au début du 17e siècle Frankenthal fut aménagée comme une des plus importantes forteresses à l’ouest du Rhin. De ce fait, la ville se retrouva inévitablement dans les troubles et les combats de la Guerre de Trente Ans et de la Guerre de Succession du Palatinat: en septembre 1689 elle fut incendiée par des troupes françaises et presque totalement anéantie. Le déclin fut suivi par un nouvel essor. Etant déjà depuis un certain temps la troisième ville du Palatinat, Frankenthal devint la ville industriel du prince électeur Carl Théodore. Plus de 20 manufactures virent le jour parmi lesquelles la manufacture de porcelaine fondée en 1755 acquit une importance particulière. Aujourd’hui ses produits sont recherchés comme de précieuses antiquités et présents dans de nombreux musées du monde entier.

De 1798 à 1815 Frankenthal se trouva sous administration française comme chef-lieu de canton. Après le Congrès de Vienne le Palatinat devint bavarois, cependant Frankenthal resta encore longtemps une «petite ville campagnarde» comme la décrivit un jour un observateur contemporain. Seulement avec l’industrialisation au milieu du 19e siècle une nouvelle relance commença avec la sucrerie, fondée en 1843. Par les fondations des usines Albert, KSB, KKK et Bettinger & Balcke dans les années 1859 à 1899 la ville devint bientôt un centre important de l’industrie métallurgique.

La sucrerie de Frankenthal en 1890 Pendant la Deuxième Guerre mondiale Frankenthal fut fortement détruite, perdant une large partie de ses plus vieilles constructions baroques, mais la ville renoua bientôt dans les années 50 et 60 avec ses traditions économiques et urbaines. Aujourd’hui Frankenthal est une ville moyenne florissante et ouverte au monde, conservant sa propre identité avec ses traditions historiques et culturelles.

 

 

 

 
 
  • Town History
  • Historia miasta
  • Stadtgeschichte

en cas de questions concernant cette page:
M. Gerhard Nestler
gerhard.nestler@frankenthal.de

06233 - 89 276